français | english | italiano



BOOMERANG EFFECT

Journée d'étude in(ter)disciplinaire sur le thème du Retour.

 

Le 11 juillet 2008, de 9h00 à 18h30 à l'Institut Suisse de Rome, via Ludovisi 48, I-00187 ROMA.

 

///////////////////////////////////////////////////////////////////

 

 
Boomerang Boomerang
Boomerang Boomerang
Boomerang Boomerang

 

 

INTERVENANTS:

 

Gustavo Chataignier Gadelha da Costa (Paris 8 Université de Vincennes-Saint-Denis)


Maria Lluïsa Faxedas Brujats (Universitá di Girona)

 

Dietrich Heissenbüttel (Stuttgart)

http://www.arthist.net/DocCoD.html

 

Christophe Marchand-Kiss (Villa Medici, Roma)

 

Susana Martins (Katholieke Universiteit Leuven –

Faculty of Arts)

 

Irène Salas (Ecole des Hautes Etudes en Sciences

Sociales, Paris)

 

Société Réaliste, Ferenc Gróf & Jean-Baptiste Naudy

(Jan van Eyck Academie, Maastricht)

 

Nicolas Valazza (John Hopkins University, Baltimore)

 

Ariane Varela Braga (Université de Neuchâtel)

 

Antonietta Angelica Zucconi (La Sapienza, Roma)

 

MODERATRICE

 

Noémie Etienne (Université de Genève)

 

 

PROGRAMME

 

Téléchargez le programme (pdf, 72 Ko).

 


 

THEME

 

Eternal Tour propose une journée d’étude sur le thème du retour : il s’intéressera ainsi à l’inévitable trajet vers le point de départ, à la face cachée du voyage, au revers de la médaille.

En  cherchant à multiplier les éclairages sur ce thème, cette journée d’étude présuppose qu’une notion appartenant au champ sémantique du mouvement, spécifique dans sa direction (« revenir vers »), ou impliquant une dimension répétitive, peut se révéler une thématique pertinente et féconde pour les sciences humaines.


Elle est ouverte aux chercheurs au sens large, qu’ils soient doctorants, post-doctorants, ainsi qu’aux jeunes praticiens. Deux axes thématiques seront proposés pour organiser les communications : généraux et non exhaustifs, ils donnent quelques pistes mais ne sauraient recouper l’intégralité des sujets abordables.

 

1. Back Home
Le premier axe concernera spécifiquement l’histoire de l’art et cherchera à mesurer les conséquences directes et indirectes du Grand Tour sur les milieux culturels contemporains.  Quelles sont les traces sensibles dans la littérature et les arts du Tour et de sa réception ? Quelle a été l’influence des modèles italiens, qu’ils soient anciens ou modernes sur la production des XVIIIe et XIXe siècles ? Cet aspect du thème comprendra aussi bien la diffusion en Europe des expériences et des acquis romains, que le traitement du retour dans les nombreux récits de voyages, et les conséquences à l’étranger des départs massifs d’artistes en Italie. 


Il pourra s’intéresser aussi à la manière dont est négocié le poids des canons italiens dans la construction d’une histoire de l’art à tendance nationaliste, qui fait regretter dès 1727 à un rédacteur du Mercure de France « un certain venin italien » envahissant les collections privées au détriment des productions locales. Cette prévenance contre la supériorité absolue de la peinture italienne se renforce au moment où d’Angiviller tente de faire émerger dans l’accrochage du Museum de Louis XVI une histoire de l’art en espace, distinguant les différentes écoles, et conférant à la peinture nationale une place privilégiée. Le Marquis d’Argens propose une résolution pacifique du conflit qui opposait les écoles en comparant systématiquement les peintres français et les peintres italiens, déclarés en tous points égaux ; et si seul parfois Raphaël dépasse encore ses collègues gaulois, Paris offre autant de trésor que la ville éternelle et le voyage en Italie n’est plus la panacée : il peut même se révéler préjudiciable, puisque, comme l’énonce d’Argens après avoir fait l’éloge de Le Sueur, le « Raphaël français » : «nos meilleurs artistes, à l’exception de deux ou trois, ne furent pas à Rome » (1768).

 

2. Come-back 
Le deuxième axe de recherche favorisera un éclairage contemporain et interdisciplinaire du thème. Il s’intéressera au retour en tant qu’il est mouvement vers un lieu d’origine, mais aussi répétition ou recommencement. Il pourra être mis en évidence en tant que composante formelle et/ou conceptuelle dans différents domaines de recherches : structure répétitive dans un texte poétique, image récurrente dans une œuvre plastique, refrain, ritournelle deleuzienne ou éternel retour nietzschéen… 


Ces communications étudieront les spécificités logiques et les particularités structurelles du retour. Elles pourront aussi s’intéresser à la notion de revival, qu’il soit implicite, comme dans le cas des différentes institutions romaines rejouant à leur manière un re-Tour, ou consciemment revendiqué comme catégorie ironique (ainsi par exemple le « Revival Mai 68 » organisé sur Myspace et prévu pour mai 2008).

 

 

 

INFORMATIONS

 

Le vendredi 11 juillet 2008, de 9h00 à 18h30

 

à l'Institut Suisse de Rome

via Ludovisi 48

I-00187 ROMA

 

Les interventions sont limitées à 30 min. au plus et peuvent se faire en anglais, en français ou en italien. Les intervenants seront peut-être amenés à soumettre un texte rédigé d'env. 20'000 signes pour la publication.

 

Pour plus d'informations, n'hésitez pas à nous contacter à l'adresse suivante: boomerang@eternaltour.org

 

 
     

 

© 2008 | contact | eternaltour.org | tous droits réservés